Alsace

à voir aussi :

Voir la carte

Avec près de 1 million d’hectolitres produits chaque année, le vignoble d’Alsace est l’un des plus importants vignobles français pour la production de vins blancs tranquilles en AOC.

Vignoble rhénan, l’un des plus septentrionaux de France et d’Europe, le vignoble d’Alsace est principalement établi sur la face est du Piémont des Vosges et situé sur 119 communes des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. S’étendant sur 120 kilomètres de long, pour souvent moins de 1 kilomètre de large, il s’étire depuis une petite enclave aux environs de Cleebourg et Wissembourg, à la frontière allemande au nord, puis de Marlenheim à la hauteur de Strasbourg, jusqu’à Thann à la hauteur de Mulhouse au sud. Environ 15 000 hectares de vignes y sont cultivés.

Sa production, organisée autour de plus de 4 500 producteurs et vignerons, s’articule aujourd’hui principalement autour des vins blancs tranquilles d’appellation Alsace et Alsace Grand Cru ainsi que des vins blancs effervescents appelés crémants d’Alsace. 

Un peu d’histoire

De toute évidence, la vigne se plaît en Alsace depuis des temps immémoriaux : on a même retrouvé le long de la vallée du Rhin des feuilles fossilisées de l’ancêtre des variétés de vignes actuelles ! Sans remonter au Paléolithique, il semble bien que les vignes sauvages, ou lambrusques (Vitis lambrusca), se soient depuis fort longtemps très bien accommodées aux sols et au climat des forêts du bord du Rhin et que les raisins sauvages faisaient déjà partie du régime alimentaire de nos lointains aïeux.

Un essor continu jusqu’à la Renaissance

Ce n’est cependant qu’à l’époque gallo-romaine que la culture de la vigne et du vin connaît son premier essor sur la rive gauche du Rhin : fatiguées d’importer du vin depuis le Bassin méditerranéen, les nombreuses garnisons romaines installées dans la province de Germanie supérieure décident de cultiver et de produire sur place leur propre vin dès la fin du Ier siècle de notre ère, et d’en faire commerce grâce au transport fluvial qui se met en place sur le Rhin et la Moselle.

Cette viticulture va survivre aux différentes invasions pour réellement s’organiser et connaître un véritable essor au Moyen Âge, sous l’influence des nombreuses abbayes et ordres monastiques implantés dans la région. Dès cette époque, l’Alsace produit des vins réputés (les vins d’Aussey) dans plus de 160 localités et les exporte dans toute l’Europe du Nord, le long de l’Ill et du Rhin.

Cette expansion durera plusieurs siècles pour connaître son apogée à la Renaissance, comme en témoigne encore aujourd’hui l’extraordinaire richesse architecturale des villages alsaciens, liée à la prospérité de la viticulture aux XVe et XVIe siècles. À cette époque, la surface cultivée représente plus du double du vignoble alsacien actuel.

C’est aussi à cette époque que les principes qui fondent encore aujourd’hui la production des vins alsaciens commencent à être adoptés : encadrement collectif des dates de vendanges, premières listes de cépages à privilégier, parmi lesquels on retrouve déjà le riesling, le traminer ou le muscat. Déjà la région se consacre aux vins blancs, comme en attestent de précieuses bouteilles datant des XIVe et XVe siècles, conservées dans la Cave historique des hospices de Strasbourg.

Malheureusement, la guerre de Trente ans, la famine et les épidémies de peste mettent fin à cette période faste. À la fin du XVIIe siècle, l’essentiel du vignoble alsacien est purement et simplement détruit.

Après les destructions, la surproduction…

Il faudra attendre le XVIIIe siècle pour que la culture de la vigne se développe à nouveau. Mais elle change alors de nature : par souci de facilité, elle quitte les coteaux pour s’installer en plaine et cette extension se fait au profit de cépages communs peu adaptés à l’élaboration de vins de qualité. Si bien qu’au début du XIXe siècle, l’Alsace se retrouve avec plus de 30 000 hectares de vignes cultivées dans une situation de surproduction de vins très médiocres, alors qu’au même moment la mode est à la consommation de la bière plutôt que du vin. Le passage de la région sous pavillon de l’Empire allemand ne fera que renforcer le désamour pour les vins alsaciens.

Peinant à trouver des débouchés commerciaux, de nombreuses exploitations vont disparaître tout au long du XIXe siècle. Les épidémies de mildiou et surtout du phylloxéra finiront de rétrécir le vignoble alsacien, qui ne compte plus au début du XXe siècle que 7 000 hectares cultivés.

Le chemin de la qualité…

Cette époque charnière voit la victoire des partisans d’une production maîtrisée de vins de qualité, élaborés à partir de cépages typiques, face aux tenants de la production de masse à l’aide d’espèces hybrides. Aussi la viticulture retrouve-t-elle ses terres de prédilection, sur les coteaux des collines sous-vosgiennes, qui présentent une extraordinaire diversité géologique.

Ce mouvement vers la qualité et la production de vins blancs fins se concrétise en 1945 par la création officielle d’une appellation d’origine « Vins d’Alsace » et surtout en octobre 1962 par le décret définissant l’AOC des Vins d’Alsace. Cette AOC sera complétée dans les années 1970 par la création des AOC Alsace Grand Cru puis Crémant d’Alsace. C’est aussi à cette époque que les viticulteurs s’organisent et se regroupent autour du Conseil interprofessionnel des vins d’Alsace (CIVA) afin de se donner toutes les chances d’accroître le rayonnement des vins de leur région.

Aujourd’hui, la production s’étend sur le rebord de la plaine du Rhin, sur les premiers contreforts orientaux du massif vosgien, le long d’une bande étroite. À cette zone s’ajoute, plus au nord, tout proche de la frontière allemande, le vignoble de Wissembourg.

Des sols et un climat propices 

Une mosaïque de sols et sous-sols…

Une des raisons de la richesse et de la diversité des grands blancs d’Alsace se niche bien sûr dans l’extraordinaire mosaïque des sols alsaciens. Situé au sud du fossé rhénan, le vignoble est établi sur une zone de faille, qui a vu se séparer, il y a plusieurs millions d’années, les massifs des Vosges et de la Forêt-Noire. Ce fossé d’effondrement, et avec lui d’innombrables failles qui se croisent, donnent aux sous-collines vosgiennes une allure de patchwork de roches : selon la vallée, le coteau qu’elle occupe, la vigne alsacienne peut se développer sur des grès, des gneiss, des schistes, des sols granitiques mais aussi rencontrer des couches calcaires ou marneuses. Jusqu’aux plaines alluviales et limoneuses, plus fertiles et humides, sur lesquelles la vigne s’épanouit également.

… bénéficiant d’un bel ensoleillement

Peu de régions viticoles présentent une telle diversité géologique. À cela s’ajoute en Alsace un climat semi-continental, assez sec, bénéficiant d’un bel ensoleillement estival et automnal. Le massif vosgien, à l’ouest, protège coteaux et plaines des influences océaniques et limite ainsi vents et pluies. Ce climat relativement aride, mais finalement plus tempéré que ce que l’on pourrait penser pour ces latitudes, joue également un rôle important dans l’élevage du raisin, sa maturation et la typicité des vins blancs alsaciens. Les meilleurs crus sont issus de vignes plantées sur les collines exposées au sud, sud-est et est.

Au final, selon l’emplacement des vignes, on pourra trouver des vins aux caractéristiques très différentes :

  • En altitude (400 à 500 mètres voire plus), sur les sols cristallins du massif vosgien, le terroir granitique ou marno-gréseux donne des vins frais, plus floraux que fruités, d’une belle acidité les rendant fort expressifs dès leur jeunesse. C’est ici que le cépage riesling trouve une de ses meilleures expressions, comme dans les grands crus Brandou Sommerberg.
  • Plus bas, dans les collines sous-vosgiennes aux sols calcaires ou marno-calcaires, les vins se feront plus fruités, gras et charpentés, d’une grande complexité aromatique autorisant une très belle garde. Au riesling s’ajoute ici la culture du pinot gris (ancien tokay d’Alsace), du pinot blanc et bien sûr du si étonnant gewurztraminer. Sur ces coteaux, aux pentes plus douces, les vignes s’épanouissent entre 150 et 300 mètres d’altitude, pour donner naissance à la plupart des 51 grands crus de l’appellation Alsace Grand Cru : Altenberg, Florimont, Mambourg ou Engelberg pour n’en citer que quelques-uns.
  • Enfin, les cônes d’épandage des différents affluents du Rhin ainsi que la plaine alluviale et ses sols riches et limoneux (lœss et lehm) concentrent aujourd’hui la majeure partie de la production alsacienne, issue des cépages précédemment cités mais aussi du sylvaner et même du chardonnay ou du pinot noir, fréquemment utilisés dans l’élaboration du crémant d’Alsace. Les rendements y sont plus élevés. On y trouve quelques appellations particulières, comme le vignoble d’Herrenweg près de Turckheim, souvent remarqués pour la minéralité des vins qui en sont issus, mais surtout les vins d’appellation générique Alsace et Crémant. 

Principes de vinification 

La vinification en Alsace se fait donc très majoritairement en blanc, selon des méthodes traditionnelles. Dans la plupart des cas, elles diffèrent peu de celles utilisées dans les autres grandes régions productrices de vins blancs.

Après leur récolte et un passage au fouloir pour faire éclater les baies, les raisons sont pressés puisque seul le jus est soumis à la fermentation. Le moût est ensuite stocké en cuve puis débourbé : on lui retire toutes les particules en suspension susceptibles d’en fausser le goût.

Commence ensuite la phase de fermentation alcoolique (levures) qui se déroule traditionnellement dans d’anciens foudres de bois – cette pratique perdure dans l’élevage de certains grands crus – et le plus souvent aujourd’hui dans des cuves en acier inoxydable. Afin d’éviter toute montée en température trop importante pendant cette phase, qui risquerait de provoquer l’arrêt prématuré de la fermentation alcoolique et altérerait la richesse aromatique du vin à venir, les vignerons alsaciens ont systématiquement équipé chais et caves de systèmes thermorégulateurs.

La fermentation alcoolique dure 3 à 4 semaines. Les vignerons alsaciens ne pratiquent pas la fermentation malolactique (bactéries) afin de garder à leurs vins blancs un maximum de fraîcheur. Les vins seront ensuite clarifiés et stabilisés pour leur assurer limpidité et brillance parfaites.

L’élevage sur lies fines, en cuve ou en foudre de chêne, est relativement court, de 6 à 10 mois au maximum. Aussi, même si la mise en bouteille se fait, pour les grands vins de terroir et de garde, juste avant la récolte suivante, notons que la plupart des vins blancs d’Alsace sont maturés directement en bouteille.

Les ventes de la région

Marc Tempé : de nouvelles cuvées éblouissantes

Marc Tempé : de nouvelles cuvées éblouissantes

Avec le Domaine Marc Tempé, tout a été une question d’évidence. L’évidence lors de nos premières...

Découvrir cette vente
Josmeyer : des blancs d'Alsace fins et épurés

Josmeyer : des blancs d'Alsace fins et épurés

En 1854, Aloyse Meyer, restaurateur et courtier en vins, décide de créer, à partir de quelques vignes...

Découvrir cette vente
André Ostertag : l'artiste vigneron du Bas-Rhin

André Ostertag : l'artiste vigneron du Bas-Rhin

André Ostertag a tout juste 21 ans lorsque son père, Adolphe, ardent défenseur des vins et des terroirs...

Découvrir cette vente
Albert Boxler : blancs d'Alsace au firmament

Albert Boxler : blancs d'Alsace au firmament

Niché au cœur du petit village de Niedermorschwihr, au pied des coteaux escarpés des Grands Crus Brand...

Découvrir cette vente
Zind-Humbrecht : une légende alsacienne

Zind-Humbrecht : une légende alsacienne

Peut-on rester simplement informatif et « objectif » lorsque l’on présente un vin du Domaine...

Découvrir cette vente