Henri Gouges : la magie du pinot noir... devenu blanc !

fin de la vente : 24/11/2018

L’histoire du Domaine Henri Gouges est faite d’un équilibre subtil et parfaitement entretenu, génération après génération, entre permanence et tradition d’un côté, ouverture à son époque et vision d’avenir de l’autre. La permanence d’un vignoble de tout premier plan, bâti dès les années 1920 par un seul homme, opiniâtre et visionnaire, Henri Gouges : une quinzaine d’hectares sur le finage de Nuits-Saint-Georges, comportant une exceptionnelle collection de premiers crus, dont le fameux monopole familial Clos des Porrets. Permanence aussi d’un précepte édicté par le père fondateur, que « c’est à la vigne que mûrissent les grands vins ». Permanence de quatre générations qui se succèdent depuis pour continuer à faire briller les vins de la famille au firmament des grands bourgognes de terroir, au potentiel de garde impressionnant.

Mais l’histoire de ce Domaine, c’est aussi celle d’un esprit visionnaire voire iconoclaste, souvent à l’avance sur son temps, et doté d’une force de conviction peu commune. C’est ainsi qu’Henri Gouges fût, en Bourgogne, l’un des pionniers d’une viticulture de terroir, dès les années 1920, à une époque où les négociants nuitons et beaunois faisaient la loi, sans être très regardants sur l’origine des raisins qu’ils utilisaient. Pionnier également dans la réalisation des élevages, de la mise en bouteille et de la commercialisation des vins directement au Domaine, au côté de quelques autres figures de la Côte comme Rousseau, d’Angerville et René Engel. Tout naturellement, Henri Gouges sera par la suite le principal avocat du classement des crus nuitons lors de la reconnaissance des appellations d’origine en 1936.

Cette capacité à aller de l’avant, à innover, tout en s’inscrivant dans le respect le plus absolu des terroirs, semble bien s’être ici transmise de génération en génération. Pierre et Christian Gouges, petits-enfants d’Henri, furent ainsi parmi les premiers à prendre le virage d’une viticulture raisonnée, dès le début des années 1980, pratiquant alors l’enherbement partiel de leurs parcelles, ce qui ne manqua pas de faire jaser de nombreux voisins de vignes… Aujourd’hui, Grégory Gouges, récemment rejoint par son cousin Antoine, continue à faire bouger les lignes, par petites touches subtiles, conservant toujours à l’esprit les convictions essentielles du fondateur. Abandon définitif de tout intrant de synthèse dans les vignes depuis 2005, nouvelle cuverie gravitaire en 2007, mieux adaptée à la volonté de Grégory d’adoucir la vinification, pour réaliser des vins moins extraits et plus voluptueux… voilà pour l’innovation. Mais en parallèle, il a choisi de continuer à vinifier dans les vieilles cuves en béton datant des années 1950… dans le respect raisonné de l’héritage de son arrière-grand-père !

C’est certainement avec l’histoire des blancs chez Gouges que cette parfaite imbrication entre innovation et tradition trouve sa plus étonnante illustration. Dans les années 1930, Henri Gouges inspecte ses vignes du Clos des Porrets lorsqu’il découvre, ô surprise, une grappe de raisins blancs sur un pied de pinot noir ! Une mutation vient de se produire, aussi étonnante que naturelle : ni chardonnay bien sûr, ni pinot blanc alsacien, le « pinot Gouges » est né. Quand d’autres auraient laissé faire, Henri, lui, décide de multiplier ce pied, et développe des greffons (en s’associant avec la famille Grivot) : il replante d’abord au sein même du Clos des Porrets puis jette son dévolu sur une parcelle très calcaire, en contrebas d’une ancienne carrière, sur le cru La Perrière. Le fameux « pinot blanc » du 1er Cru Perrière est ainsi né, à la fin des années 1950. Une aventure extraordinaire poursuivie et même élargie par ses descendants qui n’hésiteront pas dans les années 1980 à planter ce cépage « monopole » sur les plateaux des Hautes Côtes de Nuits, pour donner naissance à un rarissime et quasiment introuvable Bourgogne Pinot Blanc.

Une aventure que nous sommes très heureux de vous faire partager en vous proposant ce splendide millésime 2015 du Nuits Saint-Georges 1er Cru La Perrière mais aussi, pour la première fois et en exclusivité sur la Route des Blancs, cet étonnant Bourgogne Pinot Blanc, sur deux millésimes parfaits à boire aujourd’hui, que tout amateur curieux devrait avoir goûté au moins une fois dans sa vie…

Des vins à la fois denses et verticaux, associant dans une sensation de grande pureté, une haute distinction minérale et un fruité tout à fait hors-normes.

Copyright 2018 La Route des Blancs - Tous droits réservés

  • Ce millésime 2014, tout droit sorti de la vinothèque familiale, offre un profil dense propre au pinot « Gouges », mais la puissance est ici parfaitement canalisée par une tension et une fraîcheur d’abord citronnée, puis minérale qui ne vous quittent jamais. Pour les plus joueurs, voici un singulier Bourgogne à goûter à l'aveugle.

    Voir la fiche détaillée
    Epuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2 %
  • Autre rareté issue du fameux "pinot Gouges" planté dans les années 1980 sur le plateau calcaire des Hautes Côtes de Nuits, ce Bourgone Pinot Blanc offre en 2015 un profil concentré, charmeur et enjoué. Fruits confits et fruits exotiques, belle densité charnue en bouche, droiture et finesse minérale en finale : imparable.

    Voir la fiche détaillée
    Epuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2 %
  • Unique en son genre, ce Nuits Saint-Georges blanc, issu d'une vieille vigne de pinot noir devenu blanc, ne ressemble à aucun autre grand bourgogne : moins strict et plus charmeur qu'à l'accoutumée, ce 2015 mêle fruits confits, amande et notes pierreuses. Presque tannique en bouche, il livre une finale d'une verticalité exemplaire.

    expert
    Note moyenne des guides
    17.4/20
    Voir la fiche détaillée
    Epuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2.5 %
  • Ce Nuit Perrières 2013 est plus élégant que jamais. Son nez de fruits blancs raffinés rappelle furieusement certains blancs issus des plus beaux finages de Puligny-Montrachet. Aérien et pur dans ses arômes, avec une touche de sensualité, vertical et énergique en bouche, ce vin au profil minéral et altier n'a pas d'équivalent!

    expert
    Note moyenne des guides
    17.6/20
    Voir la fiche détaillée
    Epuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2 %
  • Rareté absolue de la Côte d'Or, ce Nuits Saint-Georges blanc, issu d'une vieille vigne de pinot blanc, ne ressemble à aucun autre bourgogne : après 4 ans, le vin régale par sa densité, sa profondeur minérale et la complexité de son bouquet. Un must quasiment introuvable aujourd'hui, qui nous montre que ce Pinot blanc est aussi un grand vin de garde!

    Voir la fiche détaillée
    Epuisé
    Bon d’achat Fidélité : 3 %
  • Rareté absolue de la Côte d'Or, ce Nuits Saint-Georges blanc, issu d'une vieille vigne de pinot noir devenu blanc, ne ressemble à aucun autre grand bourgogne : doté d'une trame minérale qui fait chanter la pierre et d'un remarquable fruité, ce vin dense et vertical mérite une place de choix chez tous les amateurs curieux et éclairés.

    expert
    Note moyenne des guides
    17.6/20
    Voir la fiche détaillée
    Epuisé
    Bon d’achat Fidélité : 3 %