Château de la Maltroye : icône de Chassagne-Montrachet

fin de la vente : 04/02/2018

Celles et ceux qui ont eu la chance de se promener dans les ruelles et les vignes de Chassagne-Montrachet connaissent forcément le Château de la Maltroye, superbe bâtisse du 18ème siècle, aux tuiles vernissées si caractéristiques de l’architecture bourguignonne, s’ouvrant sur les vignes du fameux Clos du Château de la Maltroye, célèbre premier cru monopole du Domaine.

C’est ici que s’est écrite une belle page de l’histoire des blancs de Chassagne, démarrée en 1940 sous l’égide de Marcel Picard, financier originaire de Nolay, qui se porta alors acquéreur de cette propriété au potentiel unique. A la tête d’un patrimoine viticole exceptionnel, comptant pas moins de 10 premiers crus de Chassagne-Montrachet, Marcel et son frère vont peu à peu redonner au domaine le lustre qu’il méritait. Au fil des décennies, les blancs du domaine se sont imposés, dans le monde entier, comme des modèles de grands vins charnus et minéraux, taillés pour la garde, magnifiant les plus beaux terroirs de Chassagne.

Vint ensuite l’ère de la famille Cournut, du nom du beau-fils de Marcel Picard, André Cournut, qui prit les rênes du domaine dans les années 1970, avant de les confier en 1993 à Jean-Pierre, l’actuel propriétaire de ce domaine phare. On doit clairement à Jean-Pierre d’avoir fait entré le Château de la Maltroye dans une nouvelle ère, résolument moderne. Pas étonnant pour cet ancien ingénieur aéronautique féru de technologie, de précision mais aussi d’art contemporain et de culture « pop ». Jean-Pierre comprend immédiatement qu’avec un tel patrimoine viticole, majoritairement composé de vignes de plus de 50 ans, tout doit être mis en œuvre pour proposer aux amateurs une lecture extrêmement précise et raffinée de chaque terroir, à Chassagne-Montrachet bien sûr, mais aussi à Santenay où le domaine possède quelques parcelles dans les meilleurs premiers crus comme La Comme.

Travail systématique des sols, avec son chef de culture, Bruno Denizot, nouvelles techniques de tailles et vendanges en vert, pour maîtriser les rendements, installation d’une nouvelle cuverie entièrement thermo-régulée, permettant d’affiner la vinification, démarrage des fermentations en cuve, afin de préserver un maximum de fraîcheur et de finesse, choix des fûts, ajustement des proportions de bois neufs selon les cuvées et les caractéristiques de chaque terroir, travail sur la réduction… cet auto-didacte du vin n’a eu de cesse d’expérimenter et de remettre l’ouvrage sur le métier.

Les vins de Jean-Pierre Cournut affichent aujourd’hui un profil à la fois fin, élancé, vertical, mais toujours très marqué par leur terroir. La collection de premiers crus 2015 dégustée au Domaine en décembre dernier nous a impressionnés : les vins sont racés, certes charnus, mais toujours très minéraux et dynamiques en bouche. Une leçon de style et de terroir qui fait se marier classicisme et modernité. Bravo. Un seul bémol : ses vins sont quasiment introuvables en France… alors profitez-en sans attendre !

Copyright 2017 La Route des Blancs - Tous droits réservés

  • Issu du meilleur terroir à blanc de Santenay, ce 1er Cru La Comme est un coup de coeur : superbe travail sur la réduction offrant un nez grillé et fumé, éclat du fruit, fraîcheur du pamplemousse, ampleur en bouche bien équilibrée par de fins amers et une salinité salivante, grande finale. Voici une superbe alternative à bien des Chassagnes!

    expert
    Note moyenne des guides
    16.9/20
    Voir la fiche détaillée
    Bon d’achat Fidélité : 2 %
  • Il y a là gras et concentration, mais aussi sophistication et énergie, une énergie qui transporte les éléments minéraux et salins et les fait vibrer sur le palais. Grosse allonge pour ce 1er Cru qui, bien que déjà très expressif, ne demande qu’à patienter encore quelques années en cave. Certainement le meilleur Morgeot blanc du millésime !...

    expert
    Note moyenne des guides
    18/20
    Voir la fiche détaillée
    Bon d’achat Fidélité : 2 %
  • Un des plus prestigieux et sophistiqués 1ers crus de Chassagne-Montrachet, au profil encore compact, mais doté d'une rare profondeur, d'une élégance florale et d'une intensité minérale hors du commun. Séveux, fin et racé, ce "Grandes Ruchottes", au potentiel de garde d'une quinzaine d'années, vous fera chavirer sur un homard en sauce crémeuse!

    expert
    Note moyenne des guides
    17.9/20
    Voir la fiche détaillée
    Epuisé
    Bon d’achat Fidélité : 3 %