Domaine Pattes Loup : une autre vision de Chablis

fin de la vente : 09/08/2020

Nous sommes très heureux de vous proposer cette toute nouvelle étape de notre Route des Blancs, au cœur du vignoble chablisien, chez l’un des vignerons les plus talentueux et les plus singuliers de la célèbre appellation du Nord de la Bourgogne : Thomas Pico du Domaine Pattes Loup !

En moins de 15 ans, ce natif de Courgis, encore trentenaire, a su incarner comme personne le renouveau chablisien et imposer ses vins parmi les incontournables de la région : depuis son petit domaine de la rive gauche du Serein, il a affirmé un style singulier, à la fois authentique et audacieux, qui marie comme rarement matière veloutée, profondeur et vivacité minérale.

Troisième génération de vignerons, Thomas revient dans son village natal dès 2005 après une solide formation bourguignonne, d’abord à Beaune puis à Volnay, chez Joseph Voillot. Alors qu’il pourrait se contenter de travailler au côté de son père, Georges (en charge du Domaine Bois d’Yver), Thomas souhaite écrire sa propre histoire. Pour cela, son père lui cède environ 3 hectares à défricher et replanter du côté du lieu-dit Pattes Loup, auxquels s’ajouteront 5 autres hectares de vignes issues de la propriété familiale.

Dès lors, notre jeune vigneron, toujours capable de se remettre en question mais habité de vraies convictions et d’une audace bien rare dans la région, va s’atteler à mettre en pratique sa vision d’une viticulture de terroir, authentique, et du vin de Chablis comme il le rêve. S’il confie s’être parfois senti bien seul, notre « jardinier de la vigne », comme il se qualifie parfois, ne se découragera jamais, malgré les avanies climatiques, entre gel et grêle, bien nombreuses dans la région, mais aussi les regards désapprobateurs de certains voisins de vigne. N’oublions pas qu’au mitan des années 2000, le vignoble de Courgis est encore presqu’exclusivement travaillé à grand renfort de traitements phytosanitaires, vendangé à la machine et les raisins vendus au négoce ! Hormis un couple de vignerons précurseurs et visionnaires, Alice et Olivier De Moor, qui n’hésiteront jamais à apporter leurs conseils bienveillants au jeune Thomas.

Thomas entame d’emblée la conversion biologique du vignoble (encore très rare dans le Chablisien) qui obtiendra sa certification dès 2009.  Il ne replante qu’en sélection massale, refusant de recourir aux quelques clones qui ont colonisé une bonne partie du vignoble chablisien. Très vite, il privilégie l’enherbement de ses parcelles, reconnaissables entre mille : une façon écologique « d’absorber les trop-pleins d’humidité et de limiter la présence d’azote dans les sols ». Il soigne tout particulièrement le palissage et l’effeuillage, fidèle à sa volonté de maîtriser les rendements et, surtout, d’obtenir des raisins bien mûrs et concentrés.

Car voilà certainement l’une des « marques de fabrique » des vins signés Thomas Pico : cet amateur des grands blancs de la Côte d’Or cherche à élaborer des vins profonds et texturés. Loin de la mode actuelle de la « fraîcheur à tout prix », au risque de vendanger des fruits en sous-maturité et d’élaborer, in fine, des vins frêles manquant cruellement de structure, Thomas cherche, de son côté, une haute maturité. Il est généralement un des derniers à vendanger, se fiant plus à l’aspect et surtout à la saveur du raisin, plutôt qu’aux analyses purement techniques. Vigneron de conviction et d’instinct, Thomas fait confiance au sol et au terroir pour doter ses vins de cette tension saline, de cette énergie minérale qui se combinent ici dans le plus bel équilibre avec des matières mûres et pleines de sève.

Désormais à la tête d’une douzaine d’hectares de vignes, toutes situées sur la rive gauche du Serein, dont un peu plus de 2 hectares en Premier Cru, Thomas a inauguré un tout nouveau chai en 2014. Ces installations lui permettent d’aller encore plus loin dans sa recherche et son perfectionnisme. En travaillant par gravité, afin de « triturer » le moins possible les raisins, les moûts et les vins, mais surtout en allongeant encore les élevages afin d’étoffer toujours davantage la structure et le relief en bouche. Privilégiant désormais les demi-muids et les barriques de 500 litres, il n’hésite pas, après un élevage d’un an sous bois, à laisser le vin s’affiner et s’homogénéiser jusqu’à deux années supplémentaires en cuve. Comme pour ce splendide Premier Cru Butteaux 2016 que nous avons le plaisir de vous proposer aujourd’hui.

La communauté des « fans » des vins de Thomas Pico du Domaine Pattes Loup n’a cessé de croître depuis ses débuts, rendant aujourd’hui cette petite production, aussi singulière que passionnante, extrêmement difficile à se procurer. Une raison de plus de nous réjouir de pouvoir vous proposer cette rare allocation. Un must absolu, déjà iconique…

Copyright 2020 La Route des Blancs - Tous droits réservés

  • Cuvée emblématique du Domaine, élevé en fûts puis en cuve pendant 3 ans, ce "Butteaux" nous enchante par son équilibre souverain entre son fruité voluptueux, sa fraîcheur marine et sa densité de matière. La finale apporte une formidable sensation de plénitude. Un grand vin, qui surclasse bien des Grands crus...

    expert
    Note moyenne des guides
    18.4/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2.5 %
  • Immense réussite pour ce Vent d'Ange 2018 à la bouche séveuse et texturée, dans le plus pur style "Pattes Loup". Le sol agit et apporte une sensation de fraîcheur acidulée, de tension, qui stimule les papilles et semble faire tourbillonner les saveurs de fruits blancs et d’épices sur le palais. Incontournable et passionnant !

    expert
    Note moyenne des guides
    17.6/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2 %