Domaine des Comtes Lafon : une légende de Meursault

fin de la vente : 13/03/2021

Plus qu’un Domaine, aussi mondialement célébré soit-il, c’est un pan important de l’histoire moderne de la Bourgogne viticole que nous avons le privilège de partager avec vous aujourd’hui, grâce à cette vente exceptionnelle des vins du Domaine des Comtes Lafon ! Etape absolument incontournable pour tout amateur de grands blancs, cette propriété mythique de Meursault fait bien sûr partie des quelques noms qui nous ont définitivement donné envie de nous engager avec vous sur cette Route des Blancs depuis bientôt 6 ans…

Pas facile de résumer en quelques lignes plus d’un siècle d’une histoire familiale qui se confond de si près avec l’histoire des vins de Meursault, avec ses épisodes difficiles, parfois, et ses moments de grâce, souvent. Tout commence à la fin du 19ème siècle lorsque Jules Lafon, contrôleur de l’Enregistrement, alors nommé à Dijon, rencontre puis épouse Marie Boch, issue d’une famille de propriétaire-négociant à Meursault. Elle possède, entre autres, le désormais fameux Clos de la Barre, cette superbe parcelle de plus de deux hectares, au cœur du village de Meursault, sur laquelle s’ouvre la maison familiale au style Victorien.

Au fil des années, pris d’une véritable passion pour ces terroirs de la Côte d’Or qu’il a appris à découvrir, Jules Lafon, devenu avocat, va s’employer méthodiquement, et avec un « flair » redoutable, à acquérir des parcelles de vignes sur quelques-uns des meilleurs terroirs de Meursault (on pense aux Goutte d’Or, Genevrières et Perrières bien sûr), mais aussi à Volnay et à Chassagne-Montrachet, où il se porte acquéreur en 1918 d’une merveilleuse parcelle du Grand Cru Montrachet, attenante à une autre vigne mythique, celle de la Romanée-Conti. Marie et Jules, honoré du titre de Comte pontifical, ont clairement donné au Domaine des Comtes Lafon les contours qu’il a encore aujourd’hui.

S'en suit une période plus chaotique, marquée par la disparition prématurée de Pierre, un des fils de Jules et Marie, et la volonté d’Henri, leur autre fils, de vendre le domaine. Il faudra attendre l’arrivée de René Lafon (fils de Pierre) en 1956 pour que la propriété retrouve un nouveau souffle. Après avoir ardemment lutté pour que le Domaine reste dans le giron familial, René va s’atteler à remettre en état le formidable patrimoine viticole des Lafon, avec l’aide précieuse des métayers qui exploitent à l’époque les vignes de la famille. Tout en menant un ambitieux programme de replantations, il initie également la mise en bouteille au Domaine, qui concernera à partir de 1961 l’intégralité de la récolte.

1984 est une nouvelle année charnière dans l’histoire des « Comtes Lafon » : Dominique Lafon signe son premier millésime et reprend officiellement la succession de son père René, d’abord au côté de son frère, Bruno, puis seul. Une nouvelle ère s’ouvre, qui va faire entrer progressivement les vins des Comtes Lafon dans le panthéon des plus grands vins de Bourgogne, faisant aujourd’hui l’objet d’un véritable culte aux quatre coins de la planète. Conscient du caractère exceptionnel du patrimoine viticole familial, où les vieilles vignes se taillent la part du lion, et convaincu (déjà !) qu’un grand vin se fait avant tout à la vigne, Dominique entreprend d’abord de dénoncer progressivement les contrats de métayage afin d’avoir pleinement la main sur les méthodes culturales employées. Dès 1993, l’intégralité des 14 hectares que compte alors le domaine est désormais directement exploitée par Dominique et son équipe.

Autre conviction forte de Dominique : le vin et la vigne doivent s’inscrire dans un temps long et refléter l’identité de leurs origines, de leur terroir. Pour cela, le respect de l’environnement et du vivant sonne pour lui comme une évidence. Dès 1992, il bannit de ses vignes tout produit de synthèse et généralise le travail des sols. En 1995, il démarre la conversion biologique du Domaine qui sera certifié en 1998. Plus encore, après avoir mené des essais pendant 3 ans sur plusieurs parcelles et constaté une amélioration nette de l’état des vignes, Dominique décide d’adopter pour l’ensemble du Domaine les pratiques bio-dynamiques, bien peu prisées dans la région, si ce n’est par quelques autres pionniers, pionnières devrait-on plutôt dire lorsque l’on pense à Anne-Claude Leflaive et Lalou Bize-Leroy. Là encore, point de dogme chez Dominique, mais un pragmatisme, une sincère humilité et une capacité à observer, à se remettre en question et à s’émerveiller aussi, encore et toujours ! Il suffisait pour s’en convaincre de le voir et de l’entendre, animé de cette joie spontanée et de cette lumière dans le regard que l’on croyait réservée aux « premières fois », décrire en octobre 2019 la fabuleuse récolte 2018 qui venait de rentrer dans les caves du Domaine. Lui qui vinifiait alors son 35ème millésime… Il est vrai qu’il y avait de quoi se réjouir : le Domaine n’avait pas connu pareil rendement (autour de 50 hectolitres par hectare voire plus) depuis 1982 ! Une vraie bouffée d’oxygène après une série noire de millésimes frappés par le gel ou la grêle ou les deux, comme 2012, 2013, 2014 ou 2016… Pour couronner le tout, la qualité des équilibres de ces raisins récoltés assez tôt, à partir du 24 août, s’avérait tout à fait remarquable !

Quand bien même la planète vin le considère comme un des meilleurs vinificateurs de la Bourgogne (et bien au-delà), Dominique n’a jamais cessé de douter et de chercher. Chercher l’expression la plus pure, la plus intense, la plus vraie et la plus vivante de chaque terroir. Car, pour lui, le « raisin est un outil pour exprimer l’endroit, la beauté et l’identité de l’endroit ». Ce passionné de « land art », ces œuvres éphémères, souvent monumentales, qui font corps avec la nature, a trouvé dans la vigne et le vin son territoire d’expression artistique : il y a là ce même rapport fusionnel avec la nature, cette impermanence aussi qui fait que le vin n’est jamais le même, que rien n’est jamais joué à l’avance, que tout est possible. Alors oui, avec des gens comme Dominique Lafon, le vin devient une œuvre d’art, un vecteur de beauté et d’émotions. Ses œuvres à lui, Clos de la Barre, Désirée, Goutte d’Or ou Porusots, brillent d’un éclat unique : sources d’inspiration pour de nombreux vignerons, elles offrent une lecture inspirée des terroirs de la Côte de Beaune, tout à la fois sensuelle, profonde mais toujours empreinte de cette élégance raffinée, de cette précision aromatique, de cet élan et de cette vibration minérale qui font la signature « Comtes Lafon ».

Alors que s’ouvre désormais une nouvelle page pour ce domaine mythique, avec l’arrivée, au côté de Dominique, de sa fille Léa et de son neveu Pierre, nous sommes particulièrement heureux de pouvoir vous faire partager la quintessence du grand Meursault vu par le Domaine des Comtes Lafon. Sur un magnifique millésime 2018, dont on se souviendra longtemps !

Important : Compte tenu de la difficulté à se procurer les vins du Domaine et soucieux de satisfaire un maximum d’entre vous, nous avons décidé de limiter, pour cette Vente Privée exceptionnelle, le nombre de bouteilles achetables (toutes cuvées confondues) à 3 Bouteilles par client. Comptant sur votre compréhension.

© 2021 La Route des Blancs – Tous droits réservés

  • Ce fantastique Goutte d'Or offre un équilibre magistral entre sa profondeur sensuelle et son élan, son énergie jaillissante venue du sol. Puissant et incisif, il nous régale d’arômes de fleur d’oranger, de noisette, de pêche beurrée, de coing, de miel mais aussi de zestes d’agrumes et d’un voile mentholée. Une touche rocailleuse fait vibrer son intense...

    expert
    Note moyenne des guides
    18.8/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 3 %
  • Dernier cru entré dans le giron de la famille Lafon, en 2011, ce Porusots s’inscrit aujourd’hui tout au sommet de la hiérarchie. Regardant plutôt du côté des Genevrières, il joue résolument la carte du raffinement, de l’élégance aérienne et de l’intensité minérale. Un vin de très haute distinction, vibrant et fuselé, à oublier au moins 5 ans en cave.

    expert
    Note moyenne des guides
    18.9/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 3 %
  • Cette parcelle historique, sur le 1er Cru Petures (dans le secteur des Santenots), replantée en 2008, nous revient en grande forme : le vin idéal pour les amateurs de Meursault sensuels, puissants et aromatiques. Bouquet séducteur, entame texturée et enveloppante, superbe tension acidulée et finement épicée, finale pleine et très longue : un must ! 

    expert
    Note moyenne des guides
    18.6/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 3 %
  • Monopole emblématique des Comtes Lafon, le Clos de la Barre possède une race unique, qui le place au sommet de l'appellation, rivalisant avec bien des 1ers Crus. Intense et élégant, doté d'un irrésistible bouquet sensuel et épicé, il se montre étincelant et très expressif en 2018. Dense, élastique, d'une énergie phénoménale, imbriquant à la perfection...

    expert
    Note moyenne des guides
    18.5/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 3 %