Les Justices : l'autre joyau Sauternais de la famille Médeville

fin de la vente : 12/12/2021

En cette période de préparation des fêtes, nous vous invitons à faire un détour par le Sauternais pour y découvrir une petite pépite issue du village de Preignac, fief de la famille Médeville depuis le début du 18ème siècle. Ce village idéalement situé à la confluence du Ciron, cette rivière aux eaux froides venue des Landes, et de la Garonne, offre toutes les conditions pour élaborer de grands vins liquoreux de Sauternes : d'excellents terroirs graveleux et argilo-calcaires, les brumes matinales omniprésentes entre la fin de l’été et le début de l’automne, qui favorisent l’arrivée de l’indispensable botrytis, et les belles arrière-saisons aux après-midi ensoleillés…

Toute la planète vin connaît bien sûr le légendaire (et minuscule) Château Gilette et ses fameuses Crèmes de tête, vieillies souvent plus de 20 ans avant leur commercialisation. Ce que l’on sait peut-être moins c’est que la famille Médeville, heureuse propriétaire de ce mythe sauternais, est aussi à la tête d’un autre joyau, voisin du premier : le Château Les Justices. On retrouve ici un pont stylistique évident avec le premier, même si les vins sont, bien sûr, plus abordables.

Le vignoble doit son nom à une belle parcelle de près de 6 hectares, portant le nom du lieu-dit des Justices, à l’entrée du village de Preignac. Dans les années 1950, René Médeville, le grand-père de Julie qui tient aujourd'hui les rênes du Domaine, complète ce patrimoine par une vigne regardant en direction du village de Sauternes. Deux vignes et deux terroirs bien différents et très complémentaires. Géologiquement, le premier rappelle le plateau de Barsac, avec ses sols d’argiles rouges, riches en oxydes de fer, reposant sur une assise très calcaire. Le deuxième offre à la vigne des sols dominés par les graves. Cette dualité, très qualitative, participe largement de l’identité des vins du Château des Justices. Sur les 8 hectares que compte aujourd’hui le domaine, près de 90% sont bien sûr dévolus au sémillon, le cépage-phare de l’appellation, complété d’une faible proportion de sauvignon et de muscadelle.

Aux Justices (tout comme bien sûr chez Gilette), Julie Médeville perpétue également, avec l’aide de son mari Xavier Gonet (lorsqu’il n’est pas sur ses terres champenoises pour confectionner quelques superbes bulles dont nous vous reparlerons très bientôt), une tradition tout à fait spécifique à la famille. Née, comme souvent, par le fruit du hasard et de la nécessité. Nous sommes en 1940 quand René Médeville, le grand-père de Julie, est mobilisé : il laisse alors, à contre-cœur, ses liquoreux « patienter » dans des cuves béton jusqu’à son retour… plusieurs années après! Le résultat de ce long élevage inopiné, en cuves, l’enthousiasme : de là est née cette tradition "maison" d’une vinification et d’un élevage non en fûts, mais en grands contenants inertes, ces désormais fameuses cuves en béton.

Au final, les Sauternes des Justices, élevés 18 mois en cuves, procurent une sensation de fraîcheur et d’énergie, aux accents d’agrumes, qui s’équilibrent à merveille avec des bouches charnues et richement fruitées. Des vins éminemment digestes, chatoyants et jouissifs, des vins qui respirent la générosité et l’harmonie sur deux millésimes aux profils bien distincts : un 2016 formidablement expressif et enjoué, associant la gourmandise des fruits jaunes et de la mangue, l’énergie des épices et la fraîcheur des zestes d'agrumes et des notes mentholées. Un 2017 profond et concentré, à la fois minéral et balsamique, marqué par la proximité de l’Océan et de la forêt landaise, mais aussi par une superbe empreinte botrytisée. Comme les deux faces d’une même médaille, tout aussi scintillante d'un côté que de l'autre !

Voici de notre point de vue un des meilleurs rapports prix-plaisir du Sauternais. C’est excellent, c'est de saison et c’est sur la Route des Blancs.

© 2021 La Route des Blancs – Tous droits réservés

  • Il s’ouvre sur une expression minérale dense, poudrée et épicée, entre poivre vert, curcuma et safran. Sa dimension balsamique concentrée évoquant pomme de pin et huile de bergamote précède une expression voluptueuse du fruit, entre coulis d’abricot, gelée de coing et citron confit. La finale vibrante et empyreumatique nous emmène loin.

    expert
    Note moyenne des guides
    94/100
    Voir la fiche détaillée
    Bon d’achat Fidélité : 2 %
  • Une expression particulièrement avenante et enjouée des terroirs de Preignac, pleine de fruits frais et d’agrumes toniques, relevés d’une touche épicée stimulante, pour ce millésime 2016 où le botrytis a tardé à faire son apparition. A la fraîcheur mentholée du nez succède une empreinte minérale empyreumatique en bouche. Un délice.

    expert
    Note moyenne des guides
    94/100
    Voir la fiche détaillée
    Bon d’achat Fidélité : 2 %