Benoît Ente : une des plus grandes signatures de Puligny

fin de la vente : 03/01/2021

Que de chemin parcouru depuis que le jeune Benoît Ente s’est installé au Domaine familial pour travailler au côté de sa tante en 1990, puis qu’il a pris son envol, seul, en 1998 ! Près de 20 millésimes plus tard, sur les pas de son frère aîné Arnaud à Meursault, Benoît a totalement bousculé la hiérarchie, inscrivant ses vins parmi les joyaux incontournables de la Côte de Beaune. Calmement, patiemment, discrètement, il a cheminé avec un sens de la précision, de l’observation et du détail qui forcent le respect, jusqu’à devenir ce vigneron culte, dont les bouteilles, pratiquement introuvables, s’arrachent aujourd’hui auprès des amateurs du monde entier, à la recherche de grands Bourgognes intenses et ciselés.

Ce petit Domaine familial de Puligny fut largement remanié, à partir de la fin des années 1940, par le grand-père maternel de Benoît. Auparavant, dans l’entre-deux-guerres, les vignes avaient été malheureusement un peu abandonnées, par manque de main d’œuvre surtout. Véritable « bourreau de travail » comme le qualifie Benoît encore aujourd’hui, il va s’atteler à replanter de nombreuses parcelles, souvent en sélection massale, sur le rarissime et très convoité lieu-dit Folatières En la Richarde, sur les Champs Gains ou encore, sur le superbe Clos de la Truffière, ce grand terroir de premier cru exploité en monopole, qui fait encore aujourd’hui la fierté des Ente.

En 1990, Benoît revient travailler au domaine avec sa tante, qui a pris la relève entre temps. A l’époque, tous les raisins sont vendus au négoce Beaunois. Quelques années plus tard, prenant exemple sur les débuts de son frère aîné Arnaud, Benoît souhaite voler de ses propres ailes et aller au bout de sa mission : le soin, l’amour même, avec lequel il bichonne ses vignes, rang par rang, pied par pied, grappe par grappe, ne peut s’arrêter net au moment où la maison Louis Latour vient récupérer les moûts…

Benoît saute le pas en 1997, pour exploiter seul 2.5 hectares sur les 5.5 que comptait le Domaine. L’aventure ne débute pourtant pas sous les meilleurs auspices, puisque son tout premier millésime, en 1998, subit le gel et la grêle ! Mais il en faut bien plus pour arrêter notre homme, qui sait intimement que le temps de la vigne et du grand vin est un temps long, que le chemin sera sinueux, plein de surprises, bonnes ou mauvaises, que chaque année il devra ajuster des milliers de détails, encore et encore, observer, toujours, affiner le propos, échanger. Des échanges qu’il multiplie au quotidien avec son frère Arnaud, auprès duquel, à force de dégustations croisées et d’expériences partagées, il va considérablement affiner le style de ses vins.

Premier grand virage avec le millésime 2003 : tenant, jusque-là, d’une certaine tradition locale, à la recherche d’une haute maturité pour élaborer des vins riches et puissants, Benoît prend pleinement conscience, après cet été caniculaire, que l’avenir est ailleurs. Les années seront inéluctablement toujours plus solaires, toujours plus chaudes : pas question pour Benoît de se résoudre, pour autant, à « subir » des vins toujours plus opulents ou toujours plus confits. Pour cela, il sait d’instinct (et d’observation !) qu’il peut faire confiance à la vigne et sa formidable capacité à s’adapter à son terroir, à condition qu’on lui en donne les moyens.

Aussi Benoît décide-t-il de mettre résolument le cap sur la tension, l’énergie et l’intensité d’expression des sols : un triptyque qui va dès lors structurer son travail à la vigne tout comme ses choix de vinification. Respect absolu de l’environnement (il bannit très vite tout produit de synthèse ou amendement non organique), travail régulier et extrêmement méticuleux des sols afin de ne rien détruire de la vie qui s’y loge, un soin tout particulier de la taille en fonction des besoins de chaque cépage bien sûr, mais aussi de chaque parcelle (selon la nature des sols, l’exposition, l’âge des vignes…), une précision extrême dans la définition des dates de vendanges à la recherche des meilleurs équilibres entre les sucres, les acidités et la maturité aromatique… Rien n’est laissé au hasard à la vigne : Benoît sait parfaitement que c’est là que naît le grand vin !

La précision et la rigueur sont tout autant de mise au chai. En se dotant de nouveaux matériels de pointe, il opère désormais des pressurages lents et ultra-délicats. Il diversifie et ajuste, pour chaque cuvée, les contenants utilisés, entre fûts, demi-muids, foudres ou cuves. Sans parler de la précision des élevages que Benoît a décidé d’allonger à 18 mois, pour toutes ses cuvées, à partir du (magnifique !) millésime 2010. Jusqu’aux bouchons, pour lesquels il n’hésite pas à sillonner l’Espagne à la recherche des meilleurs lièges… La vigne et le vin, rien que la vigne et le vin, tout pour la vigne et le vin !

Aujourd’hui, à la tête de ce petit domaine d’à peine plus de 5 hectares, Benoît délivre une des expressions les plus élégantes et subtiles des terroirs de Puligny-Montrachet (et Chassagne). Des vins parfaitement construits, qui savent où ils vont, sans esbroufe ni exubérance, mais avec une sorte d’assurance tranquille et de quiétude que rien ne pourra déranger. Des vins au long cours, clairement bâtis pour traverser les années et les décennies, portés par un éclat fascinant et une minéralité droite et scintillante qui leur donne une énergie incroyable. Des vins qui s’inscrivent finalement fort bien dans cette histoire séculaire, presqu’éternelle, d’une Bourgogne patiemment bâtie, dans le silence et la sérénité des abbayes cisterciennes.

Nous sommes particulièrement heureux de pouvoir vous proposer ce lumineux millésime 2017, d’un souffle et d’une justesse admirables. Des blancs à la beauté diaphane, parcourus d’une fraîcheur purifiante, qui racontent le sol avec précision, intensité et droiture. Toute la gamme procure une incroyable sensation d’énergie. C’est rarissime, c’est culte et c’est uniquement sur la Route des Blancs !


  • Voici le joyau "hors-catégorie" de Benoît Ente : ce prodigieux 1er Cru Folatières « En la Richarde », situé à quelques mètres du Chevalier-Montrachet, est un peu son Grand Cru. Il en possède la classe, l’intensité et la sophistication. A la fois gourmand et jaillissant, fuselé et toujours en mouvement, il ne manque pas de volume ni de gras....

    expert
    Note moyenne des guides
    19.1/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 3 %
  • Voici le joyau "hors-catégorie" de Benoît Ente : ce prodigieux 1er Cru Folatières « En la Richarde », situé à quelques mètres du Chevalier-Montrachet, est un peu son Grand Cru. Il en possède la classe, l’intensité et la sophistication. A la fois gourmand et jaillissant, fuselé et toujours en mouvement, il ne manque pas de volume ni de gras....

    expert
    Note moyenne des guides
    19.1/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 3 %
  • Ce terroir exceptionnel de calcaires stratifiés, en altitude, donne une des expressions les plus raffinées, florales et minérales, de tout le finage de Puligny-Montrachet. Sur ce millésime 2017 particulièrement lumineux, ce Clos de la Truffière brille par sa droiture, son énergie fuselée et son intensité. Grand et indispensable.

    expert
    Note moyenne des guides
    18.9/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 3 %
  • Quintessence des terroirs de la célèbre appellation, ce Puligny-Montrachet assemble les raisins de 7 petites parcelles et porte en lui ce style singulier et admirable d’équilibre, insufflé par Benoît Ente : un vin intimiste et sobre à première vue, qui dévoile au fil de la dégustation une sophistication incroyable et une élégance suprême. Un pur...

    expert
    Note moyenne des guides
    18.6/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2.5 %
  • Ce très élégant Chassagne-Montrachet dégage une impression de sérénité tranquille, apaisée, nous plongeant dans un univers sensuel et poétique, où chaque élément trouve naturellement sa place. Sans exubérance ni effet de manche mais avec une vraie force intérieure, ce vin est d’une beauté subtile et exigeante. Admirable.

    expert
    Note moyenne des guides
    18.5/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2.5 %
  • Disons-le tout net : ce « simple » Bourgogne surclasse son appellation de plusieurs têtes ! Poétique, raffiné et vertical, parfaitement équilibré entre une sensation de sérénité apaisante et cette tension venue du sol, finement stimulante, ce Bourgogne nous régale. Idéal pour accompagner noix de Saint-Jacques ou ris de veau : il les mérite!

    expert
    Note moyenne des guides
    18/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2 %
  • Premier vin, premier choc ! Car oui, il faut le boire pour le croire. Sa complexité, la sophistication élégante de son bouquet, son volume et sa sapidité hors du commun, tout comme son intense minéralité calcaire : tout porte à croire, à l’aveugle, que nous goûtons un Puligny Village ! Unique et succulent, cet Aligoté 100% Puligny nous enchante.

    expert
    Note moyenne des guides
    18/20
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2 %