Marc Sorrel : le joyau ultra-confidentiel de l'Hermitage

fin de la vente : 11/07/2021

La colline de l’Hermitage constitue, avec la Côte Rôtie, le joyau du vignoble du Rhône Nord. Déjà appréciés à l’époque de la domination romaine, les vins de l’Hermitage n’ont cessé de briller, au fil des siècles, parmi les plus grands vins d’Europe que l’on s’arrachait de la cour de Louis XIII à celle du tsar Nicolas II ! Plus près de nous, le célèbre sommelier et critique de la Revue du Vin de France, Olivier Poussier, n’hésite pas à écrire « que les Hermitages blancs sont magiques et font partie des très rares vins aptes à rivaliser avec les Grands Crus bourguignons »…

C’est ici, au cœur de l’appellation, que Marc Sorrel élabore avec sagesse et discrétion, depuis plus de 30 ans, parmi les plus beaux Hermitages Blancs qu’il nous ait été donné de goûter. A la différence des autres vignerons et maisons « stars » de l’appellation, comme Jean-Louis Chave, M. Chapoutier ou Guigal, Marc et désormais Guillaume Sorrel font figure de « petit poucet » et cultivent ici un vignoble de poche dans lequel les cépages blancs représentent à peine un peu plus d’un hectare. Quand on sait, en outre, que sur ce terroir vertigineux, cultivé en terrasse, la marsanne donne des rendements extrêmement faibles, on comprend pourquoi il est si difficile de trouver les vins du Domaine.

Héritier de ce petit vignoble acquis en 1928 par son grand-père Félix, Marc a la chance d’exploiter des parcelles situées sur les meilleurs terroirs du cru. Pour les blancs, sont à l’honneur les lieux-dits les Greffieux (en dessous du célèbre Méal plutôt dévolu au rouge) et le légendaire Rocoules. Ici, l’exposition au Sud imprime une forte influence méditerranéenne dans les vins. Du côté des Rocoules, dans la partie centrale de la colline, si le socle rocheux reste largement dominé par le granit, les sols intègrent également calcaires, silices et galets, qui vont donner au vin ce supplément de délicatesse et de raffinement minéral qui font la marque des plus grands Hermitages.

Méthode culturale, vinification et élevage restent empreints d’un noble classicisme et d’un grand respect du fruit et de ce terroir d’exception. Vinification et élevage se font en fût et s’étalent sur plus de 18 mois. Le résultat est à chaque millésime éblouissant de densité aromatique et de profondeur, et promet des gardes exceptionnelles, d’un minimum de 15 ans.

L’an dernier, nous clôturions en beauté la carrière exceptionnelle de Marc Sorrel, avec un fabuleux millésime 2018 interprété à quatre mains avec son fils Guillaume : nous en proposons aujourd’hui aux retardataires les toutes dernières bouteilles. Mais l’évènement cette année, c’est bien sûr l’arrivée du premier millésime signé, du début à la fin, Guillaume Sorrel ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que le passage de flambeau est plus que réussi : Guillaume frappe très fort avec un millésime d’une qualité exceptionnelle sur l’Hermitage (et, plus globalement dans les grands terroirs du Rhône Nord), un millésime particulièrement racé et équilibré, avec de la concentration et des acidités parfaitement préservées. Une sorte de synthèse parfaite entre 2016, avec son élan salin, sa tension minérale et sa fraîcheur, et 2018, avec sa texture enveloppante, crémeuse, et son incroyable volume de bouche !

Bien sûr, Guillaume n’est pas un novice, ni à la vigne, ni à la cave : avant d’élaborer à quatre mains les millésimes 2017 et 2018, il a œuvré pendant une dizaine d’années non loin de là, au Domaine Les Alexandrins qu’il avait créé dès 2009 avec Alexandre Caso et Nicolas Jaboulet. Une expérience qui lui a permis d’affiner sa propre vision du grand vin du Rhône, en blanc comme en rouge, et surtout sa connaissance intime des terroirs de l’Hermitage, de Crozes-Hermitage et de Saint-Joseph.

Pour la troisième année consécutive, la sécheresse estivale et les chaleurs extrêmes ont marqué les conditions du millésimes 2019. Si les rendements s’en sont sensiblement ressentis, avec des baisses de l’ordre de 15% pour les blancs, on ne sent aujourd’hui aucune trace de chaleur dans les vins, mais bien une tension et une énergie phénoménale que les vignes ont su puiser au plus profond des sous-sols de la fameuse colline. Après une arrivée plutôt tardive du printemps, ce sont en effet des conditions estivales qui se sont rapidement installées ici, dès le mois de mai. Des conditions qui ont viré à la sécheresse et à une situation caniculaire jusqu’à la fin du mois de juillet.

Guillaume a pu compter sur l’âge moyen avancé de ses vignes pour aller puiser dans leurs réserves. Il a su en outre adapter le travail cultural pour faire face à cette situation exceptionnelle : en évitant, à cette période, d’écimer ou d’effeuiller, les grappes ont été maintenues à l’abri des rayons trop violents. Puis vint le mois d’août, avec quelques pluies bienfaitrices qui ont permis aux maturités de bien repartir. Journées lumineuses et ensoleillées, nuits plus fraîches : les conditions devenaient idéales pour que la marsanne (tout comme la roussanne du secteur de Larnage) atteignent de superbes maturités phénoliques et aromatiques. Ce n’est finalement que le 14 septembre que Guillaume démarrait ses vendanges. A la recherche du parfait point de maturité pour chaque micro-parcelle, il n’a pas hésité à les étaler jusqu’au mois d’octobre, finissant avec les raisins des terroirs de kaolin plus tardif, à Larnage, dont est issue la rarissime et splendide cuvée de Crozes-Hermitage.

Au final, les 3 cuvées en blanc du Domaine font encore une fois l’unanimité parmi les critiques du monde entier et les amateurs avisés, dont nous sommes. Puissants, texturés mais tendus et énergiques, dotés d’aromatiques envoûtantes et sensuelles, d’une profondeur insondable et parfaitement structurés pour se magnifier au fil des années voire des décennies : les vins brillent au firmament de ce que l’Hermitage produit de meilleur.

Des collectors absolus, produits à quelques centaines de bouteilles seulement, et qui ouvrent avec panache cette nouvelle page dans l’histoire de ce Domaine aussi confidentiel que mythique... C’est rare, c’est culte et c’est sur la Route des Blancs !

© 2021 La Route des Blancs – Tous droits réservés

  • Issue des Greffieux (au-dessous du célèbre Méal), la cuvée « classique » du Domaine, 100% marsanne, nous plonge au coeur des blancs les plus complexes et voluptueux du vignoble rhodanien. La puissance est parfaitement canalisée, le vin déploie son incroyable palette aromatique avec naturel et sérénité. Un grand Hermitage sur un immense millésime.

    expert
    Note moyenne des guides
    95/100
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2.5 %
  • Issue des Greffieux (au-dessous du célèbre Méal), la cuvée « classique » du Domaine, 100% marsanne, illustre l'équilibre prodigieux entre densité et arête minérale que les terroirs de la célèbre colline donne au vin. Sur ce millésime tendu et concentré, il se montre profond et voluptueux, déployant sa riche palette aromatique avec beaucoup de naturel....

    expert
    Note moyenne des guides
    95/100
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2.5 %
  • Issues d'un rare terroir de kaolin, marsanne et roussanne mûres et toniques se marient à merveille. Entre miel, zestes d’agrumes, fruits confits, poire pochée, pêche blanche, melon, champignon frais et poivres, ce Crozes-Hermitage, ample et sensuel, nous embarque avec délectation dans une farandole de saveurs caressantes. Volupté, vous avez dit volupté...

    expert
    Note moyenne des guides
    93/100
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2 %