Jules Desjourneys : plus qu'un coup de coeur, une révélation

fin de la vente : 20/12/2020

Derrière le personnage imaginaire de Jules Desjourneys se cache un homme bien réel, solidement ancré dans ses vignes du Beaujolais et du Mâconnais, Fabien Duperray. Sa carrure massive et sa voix de stentor en imposent : c’est pourtant d’un véritable esthète de la vigne et du vin dont nous vous présentons le travail aujourd’hui. Ce grand amateur d’art nous embarque dans un voyage des sens étourdissant, dans une vision sensible et habitée du grand vin, celui qui raconte avec raffinement, précision et intensité, son terroir, tout son terroir, rien que son terroir. Celui qu’on ne peut oublier et qui nous donne l’envie irrépressible d’y revenir ! L’incroyable collection de blancs 2016 que nous avons le plaisir de vous proposer est de cette race-là : bien au-delà du coup de cœur, elle constitue, pour nous, une véritable révélation !

Originaire de la région lyonnaise, Fabien n’est pas né les pieds dans la vigne : ses parents ne lui ont transmis ni terres viticoles ni domaine mais plutôt le goût des livres, de la culture et quelques valeurs essentielles, dont celle de la patience et du travail bien fait. Le goût du vin, il l’a pourtant ancré en lui depuis longtemps déjà. Alors qu’il n’est âgé que d’une douzaine d’années, son père (qui avait l’habitude de célébrer les grands évènements en achetant des premiers grands crus classés) lui fait goûter un Château Margaux 1964 : c’est décidé, un jour il vendra du vin ou il deviendra vigneron… ou les deux !

Doté d’un caractère bien trempé, Fabien ne déviera dès lors jamais de sa voie. Ecole de sommellerie à Tain L’Hermitage complétée par une formation «  viti-œno » à Beaune, Fabien commence par faire ses classes chez un négociant Beaunois. Très vite, il décide de voler de ses propres ailes et d’accompagner dans leur essor quelques jeunes vignerons encore inconnus, croisés pour certains sur les « bancs de l’école ». Il les pressent, avec un flair déjà incroyable, comme des grands de demain. A défaut de posséder des vignes dans cette Bourgogne dont il chérit tant les terroirs et les vins, et ne voulant surtout pas se cantonner dans le rôle de la « pièce rapportée » (n’entre pas qui veut dans le « sérail » bourguignon), Fabien décide de mettre son énergie et son redoutable palais de dégustateur au service d’une poignée d’amis vignerons dont il va patiemment construire la réputation française et planétaire. On pense bien sûr à Arnaud Ente à Meursault, son ami dont il valorise inlassablement le travail depuis 1992, puis son frère, Benoît Ente à Puligny, mais aussi à Jean-Yves Bizot à Vosne-Romanée ou Christophe Perrot-Minot du côté de Morey Saint-Denis, pour ne citer qu’eux.

C’est au tournant de la quarantaine, en 2006, que Fabien peut enfin concrétiser son rêve : devenir à son tour vigneron, et poursuivre son idée du grand vin. Il jette alors son dévolu sur plusieurs hectares de vieilles vignes situées sur quelques-uns des meilleurs terroirs du Beaujolais, entre Fleurie, Moulin-à-Vent et Chénas. Le Domaine Jules Desjourneys est né. Fabien va s’atteler sans relâche à mettre en œuvre sa vision sensible et épurée du vin, une vision guidée par la pensée et l’expérience de quelques illustres aînés. On pense à Jules Chauvet ou Jacques Puisais dont il se plonge dans les écrits pour mieux comprendre les fascinants secrets de l’aromatique du vin à laquelle il est toujours aujourd’hui particulièrement sensible. Parmi ses modèles, il y a aussi Jean-François Coche-Dury, vigneron iconique de Meursault. Avec de tels mentors, on imaginait bien que ce grand amateur des blancs de la Côte de Beaune ne pourrait résister longtemps à l’appel du chardonnay !

Après avoir installé ses rouges au firmament des expressions les plus abouties des terroirs du Beaujolais, Fabien se lance donc dans cette nouvelle aventure en s’associant à Christophe Thibert, vigneron à Fuissé. Au départ, Christophe, fasciné par l’esthétique et la prodigieuse précision des vins d’Arnaud Ente, s’est tourné vers Fabien et Arnaud pour que le duo lui prodigue quelques précieux conseils en matière de viticulture et de vinification. Heureux du travail accompli ensemble, Fabien propose finalement en 2013 à Christophe qu’ils s’associent durablement, afin d’exploiter ensemble une sélection de quelques parcelles, parmi les 30 hectares que compte à l’origine le Domaine Thibert. C’est ainsi que les blancs signés Jules Desjourneys sont nés avec le millésime 2014. Fabien et Christophe vont alors travailler de concert quelques-uns des plus beaux terroirs des appellations Pouilly-Fuissé ou Pouilly-Vinzelles, comme les Ménètrières, les Vignes Blanches ou les Longeays. Ils vont aussi s’atteler à valoriser des terroirs moins prestigieux mais tout aussi qualitatifs sur les coteaux Sud de Fuissé par exemple ou encore du côté de Pouilly-Loché. Pour y parvenir, Fabien mise avant tout sur l’excellence et la précision du travail à la vigne, veillant à adapter sa façon de faire à chaque terroir, à chaque parcelle, à chaque pied. Littéralement obsédé par le détail, il n’a de cesse de se remettre en question, de tester, d’observer, de goûter et de goûter encore ses raisins puis les jus, à tous les stades de leur développement.

Avec une acuité qui a peu d’équivalent, Fabien poursuit sa recherche du grand vin, celui qui exprime ses origines dans leur plus noble pureté, le vin ciselé avec la finesse d’un bronze de Gouthière ou de Thomire, le vin intense et expressif, le vin qui discute sans cesse avec nos sens et notre esprit, le vin qui donne irrésistiblement envie d’y revenir. Loin de tout dogmatisme et de toute méthode formatée, Fabien cherche inlassablement à retrouver dans le vin une sorte de beauté originelle, une émotion première. Mais ici, la beauté n’a rien de tapageuse : d’abord discrète, toujours subtile, elle se mérite et finit par vous envoûter !  Dans cette quête sans fin, Fabien a toujours su prendre son temps et, surtout, ne jamais lésiner sur les moyens, de l’excellence de la futaille à la durée exceptionnellement longue des élevages (22 mois pour ses blancs), jusqu’au choix des verres des bouteilles, des bouchons ou des qualités de cire…

Le résultat est exceptionnel et constitue pour nous une de nos plus belles révélations bourguignonnes depuis plusieurs années. Nous vous proposons de découvrir aujourd’hui les vins de ce rare millésime 2016 signé « Jules Desjourneys » : un concentré de vitalité, de lumière, d’énergie, de fraîcheur et de jeunesse, sur un millésime pourtant réputé riche et massif. C’est exceptionnel, c’est maintenant et c’est sur la Route des Blancs !

© 2020 La Route des Blancs - Tous droits réservés

  • Futur 1er Cru, ce Pouilly-Fuissé Les Vignes Blanches possède quelque chose de fulgurant : pureté, fraîcheur, verticalité et précision sonnent comme autant d'évidences. Le volume texturé, l'extraordinaire concentration s'équilibrent à merveille avec l'éclat et l'énergie minérale. Il se hisse au niveau des meilleurs crus de Puligny. Indispensable.

    expert
    Note moyenne des guides
    95/100
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2.5 %
  • Dans l’esprit des anciennes « cuvées rondes », ce Pouilly-Fuissé décline les nuances des terroirs que l’on trouve sur toute la hauteur du coteau Sud de Fuissé. A travers une composition lumineuse et chatoyante, d'une folle complexité aromatique, ce vin rivalise de profondeur avec les beaux crus de la Côte d'Or.

    expert
    Note moyenne des guides
    96/100
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2.5 %
  • Synthèse parfaite des faces Nord et Sud de l'appellation, des sols de schistes et des argilo-calcaires, ce Pouilly-Fuissé d'une complexité prodigieuse semble pourtant couler de source. Véritable extrait de sol, salin et épicé, parcouru d’une eau cristalline et gorgé d'un fruit juteux, il lorgne vers Meursault, entre Poruzots et Goutte d’Or !

    expert
    Note moyenne des guides
    94/100
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2 %
  • Issu de ce grand terroir argilo-calcaire typique de la Bourgogne méridionale, ce "Longeays" conjugue à merveille ampleur sensuelle et fraîcheur maritime. La chair nourrissante du fruit est fuselée par un élan de sève, plein d'énergie. Concentré et toujours en mouvement, plus yang que yin, il appelle une gastronomie crémeuse.

    expert
    Note moyenne des guides
    94/100
    Voir la fiche détaillée
    Épuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2 %
  • Ce prodigieux Pouilly-Loché, issu d'un terroir d'argiles à graviers et à schistes et élevé près de 2 ans, nous projette dans un univers de fraîcheur, de transparence et de pureté. Minéralité scintillante, fruit rayonnant, un grain serré et épicé en bouche, longue finale vibrante et saline, il surclasse son appellation de plusieurs têtes.

    expert
    Note moyenne des guides
    92/100
    Voir la fiche détaillée
    Epuisé
    Bon d’achat Fidélité : 2 %